Sunday, April 13, 2014

Couillard

Dans un très bref billet sur les récentes élections québécoises, le quotidien breton Le Télégramme rappelle que l'aïeul du nouveau premier ministre Philippe Couillard était un matelot et charpentier originaire de Saint-Servan, commune aujourd'hui rattachée à Saint-Malo.  C'est en 1613 que ce Guillaume Couillard s'installe en Nouvelle-France.

L'article du Télégramme, "Un Breton d'origine aux commandes", est autrement fort médiocre.  On y confond les détails et les enjeux, laissant entendre que ces lointaines origines ont donné au nouveau premier ministre le droit de détenir un passeport français.  Or, s'il détient un passeport français (en plus du canadien), c'est que sa mère est elle-même née en France!  Quoi qu'il en soit, ceux qui voudraient en apprendre plus long sur l'ancêtre des Couillard d'Amérique, soit dit en passant premier colon anobli par le roi, trouveront une courte mais solide biographie dans le bon vieux Dictionnaire biographique du Canada.  Ceux qui voudraient ensuite s'amuser à remonter les dix générations qui séparent Philippe et Guillaume pourront le faire commodément via le site Nos Origines.

P.-F.-X.

Friday, April 11, 2014

Greer on Boyden

Every so often, Christopher Moore scoops Charlevoix on a bit of New France related news -- and I'm very glad for it!  Most recently, Moore turned his readers on to a review of Joseph Boyden's The Orenda by Allan Greer, who teaches at McGill and who is one of the foremost scholars of Early Canadian history.  The verdict: great literature but dubious history? See here.

P.-F.-X.
 

Thursday, April 3, 2014

Monseigneur de Laval et Mère Marie de l'Incarnation... Saints

 

Le Bureau de presse du Saint-Siège confirme ce matin que « le Saint-Père François a reçu en audience privée (...) le préfet de la Congrégation pour les causes des saints » et que durant cette rencontre, il a accepté de canoniser François de Montmorency-Laval et Marie de l'Incarnation (née Guyart), ainsi qu'un Brésilien, Joseph de Anchieta, tous déjà bienheureux.  La canonisation aura officiellement lieu lors d'une cérémonie qui aura lieu au Vatican, probablement à l'automne prochain.

Le Pape a utilisé une procédure hors de l'ordinaire pour déclarer ces trois personnages saints, passant outre l'obligation de l'authenification d'un miracle, habituellement nécessaire à la canonisation, et se contentant d'avoir fait scruter leur vie et leurs écrits. 

Vous trouverez plus de détails dans les pages du Soleil, du Devoir, et de Canoë.

P.-F.-X.
 

The Ground Beneath Our Feet

What do you get when you bring together a former NPR radio producer and a trio of talented French teenage filmmakers?  A road movie, provisionally entitled The Ground Beneath Our Feet, set in the present day American Midwest... and the Pays des Illinois of the 1760s! 
 
Theo Reynal, one of the three Young French cinematographers,
scouting locations in St. Louis.  Photo: Riverfront Times. 
The St. Louis Riverfront Times reports that Seán Collins will be working with Aurélien Loevenbruck, Alex Fortineau and Theo Reynal, for whom is a school project at the ESRA film academy in Rennes, France.  Fortineau is writing the contemporary portion of the plot, which follows an erstwhile American living in France who is travelling to St. Louis to confront a family tragedy but finds himself stranded in Albuquerque, New Mexico, with no money and no transportation.  Collins, meanwhile, is writing the historical portion of the film, which will follow a French settler "who sets off for New Mexico after Great Britain takes control of the territory east of the Mississippi", reports the RTF.

The three Frenchmen have just spent two weeks scouting locations in and around St. Louis, and will be back this summer to film.

Incidentally, France warns its citizens not to visit North St. Louis : "Avoid the northern neighborhood between the airport and the town center, but the shuttle from the airport is safe," advises the French governmental website as of last year...

P.-F.-X.

Friday, March 28, 2014

RIP John (alias Jean-Baptiste) Ross

Un frère blogueur, Le Flâneur, vient de publier un très intéressant billet sur l'acte de sépulture de John Ross, datant du 23 janvier 1822, retrouvé dans les registres de la Protestant Episcopal Congregation of Saint Antoine of the River du Loup (aujourd'hui Louiseville, Québec).  Détail remarquable, l'officiant a pris la peine d'indiquer que celui-ci avait été sous-officier dans "His Majesty's Seventy Eighth Regiment at the taking of Quebec".  Vous trouverez le reste ici.

P.-F.-X. 

Sunday, March 16, 2014

A Month's Highlights

Apologies, faithful readers, for having fallen off the blogging wagon a month ago to the day.  So many things to do, so little time!  It is not, to be sure, that nothing worthy of interest has been happening.  A couple of quick highlights:

The reenactors of the Compagnie de La Vérendrye were honoured with this year's "capot" award at the Festival du voyageur in Winnipeg (Radio-Canada).  Félicitations!

The promoter of François de Laval and Marie de l'Incarnation canonization in Rome is optimistic that they might be placed on the fasttrack for sainthood (National Catholic Reporter).  Really?

Joseph Boyden's The Orenda won this year's Canada Reads (CBC), but was challenged by Aboriginal scholars Hayden King (CBC) and Taiaiake Alfred (see his Twitter feed) for perpetuating old stereotypes.  Hmm...

Last Friday a colloquium on recent developments in research on the seignorial regime was held at Université de Sherbrooke (CIEQ).  A packed programme!

P.-F.-X. 

Sunday, February 16, 2014

STL 250

J'ai de toute évidence négligé, en faisant le décompte des anniversaires qui seront célébrés en 2014, de mentionner le 250e de la fondation de St. Louis (Saint-Louis), Missouri.  Oups!
 
À l'été 1763, le gouverneur de la Louisiane, Jean-Jacques Blaise d'Abbadie, attribuait au marchand nouvel-orléanais Gilbert-Antoine de Saint-Maxent le monopole du commerce dans le haut de la colonie.  La nouvelle que la France venait de céder l'est du Mississippi à la Grande-Bretagne, suivant les termes du Traité de Paris, donnait encore plus d'importance au projet puisque les établissements clefs de la Haute-Louisiane, alias Pays des Illinois, se trouvaient sur cette rive.  Pierre Laclède et son beau-fils, René Auguste Chouteau, furent dépêchés avec une vingtaine d'hommes dans la région pour établir un nouveau centre, sur la rive ouest.  Ils identifièrent un site propice à la fourche du Mississippi et du Missouri, puis y entamèrent les travaux de construction le 15 février 1764. 
 
Laclède donna le nom de Saint-Louis à l'établissement qui, bientôt, attira plusieurs familles françaises de Cahokia et du Fort de Chartres, sur la rive est du fleuve, qui cherchaient à fuir l'autorité de leurs nouveaux maîtres britanniques.  En 1765, Saint-Louis devint officiellement le siège administratif de la Haute-Louisiane, territoire désormais espagnol : l'année précédente, il avait été révélé que la Louisiane à l'ouest du Mississippi avait été cédée à l'Espagne suivant les termes du traité secret de Fontainebleau de 1762.  Territoire espagnol en théorie, car ce n'est qu'en 1770 que le commandant français de Saint-Louis fut remplacé par un officier espagnol.  La population des lieux conservera pour près d'un siècle par après son noyau français, dont les descendants portent encore fièrement l'héritage aujourd'hui. 

Reenactment of the Founding of St. Louis
À l'hôtel de ville de St. Louis: le jeune René Auguste Chouteau incarné;
en arrière-plan, quelques drapeaux et un Osage.  Photo: St. Louis Today.
 
L'année de commémoration et de célébration a été lancée hier, le 15 février, jour anniversaire de la fondation, avec une reconstitution théâtrale dans le hall d'entrée de l'hôtel de ville de St. Louis.  On a annoncé une initiative intéressante: de nouveaux panneaux d'affichage vont venir rappeler les noms de rue d'origine dans le centre-ville.  Une autre reconstitution, prévue à l'extérieur sur les parterres de l'Arche monumentale qui sert d'icône à la ville, a été moins fréquentée en raison du mauvais temps.  St. Louis Today rapporte tout cela.  Le programme des festivités, au site www.stl250.org, annonce quelques autres manifestations historiques.

P.-F.-X.